BNA soutient la formation à l'intégrité des agents du MAÉ

2018-11-27 13:00   |   Author: Gergely Szabolcs

La formation à l'intégrité du Ministère des Affaires Étrangères et du Commerce s'est poursuivie à deux reprises en novembre 2018 dans le cadre de la préparation des agents des affaires étrangères affectés au service extérieur permanent. Un certain nombre d'organismes publics ont soutenu la formation sur les méthodes spéciales d'intégrité et de gestion intégrée des risques, tels que le Bureau de Protection de la Constitution, le Bureau d'Information, l'Université Nationale de la Fonction Publique, l'Agence de Protection Nationale et le Bureau National d'Audit de la Hongrie. BNA a souligné pendantla formation: la capacité de reconnaître les risques et de connaître les méthodes de gestion des risques est essentielle au succès du service extérieur. Il est également important que les agents des affaires étrangères rendent compte sur leur lieu d’affectation des efforts et des réalisations nationaux visant à diffuser une culture administrative fondée sur l'intégrité qui puisse contribuer à renforcer la reconnaissance du pays.

 

Focus sur la préparation des professionnels du service extérieur

 

Conformément au plan d’action 2017-2018 de Programme National Anticorruption et à son décret d’adoption 1239/2017. (IV.28.), le Ministère des Affaires Étrangères et du Commerce a organisé une formation spéciale sur l'intégrité à l'intention de ses collègues affectés à un service extérieur permanent. La formation des professionnels des affaires étrangères s'est poursuivie en novembre au cours de deux autres formations visant à développer leur capacités de gestion des risques.

 

La formation axée sur la gestion de l'intégrité et la gestion intégrée des risques a été organisée en quatre séances intitulées "Table ronde sur le Programme National Anticorruption". L’objectif de la formation en forme de discussions professionels est d attirer l’attention du personnel des services extérieurs sur les phénomènes connexes qui se produisent dans la pratique et sur les moyens professionnels de les gérer.

 

Lors de la table ronde, il a été indiqué que la formation des professionnels du service extérieur revêtait une importance stratégique en raison de leur position, leur influence et leurs pouvoirs, leurs fonctions spéciales, le fonctionnement et la gestion de leur représentation, leur réseau de contacts ainsi que l’informations dont ils disposent, peuvent en faire une cible prioritaire sur la scène internationale. Il est donc primordial que les professionnels en poste dans des pays étrangers possèdent les compétences nécessaires pour protéger leurintégrité personnelle et organisationnelle et sachentqu'ils ne sont pas seuls. Les agents peuvent s'appuyer sur un large éventail de professionnels et d'institutions bien préparés pour les aider. Les employés peuvent faire confiance au leadership du ministère et à son propre conseiller en intégrité, que ce soit pour prévenir, détecter et traiter un événement d'intégrité simple ou complexe.

 

Les risques d’intégrité et leur atténuation diffèrent d'une culture à l'autre

 

S'agissant de la diversité des risques de l'intégrité, les intervenants ont attiré l'attention sur les différences culturelles entre les pays. Les formes sous lesquelles la corruption se manifeste etles domaines typiques dans lesquels elles émergent montrent souvent un schéma similaire, cependant, ce qui peut être considéré comme un risque de corruption dans le pays donné peut différer considérablement. Une différence encore plus grande peut apparaître dans la perception de différents modèles de comportements, et dans les méthodes de gestion des risques et les techniques de communication qu'il est convient d'utiliser dans une situation qui corrompt l'intégrité.

 

 

Dans de telles situations, le service diplomatique doit observer la situation du point de vue de la réglementation en vigueur dans leur poste et des objectifs et principes qui y sont énoncés. En utilisant leurs connaissances interculturelles, ils devraient s’efforcer d’empêcher l’apparition de risques de corruption et, si possible, réagir aux problèmes d’intégrité en tenant compte des contextes culturels donnés afin d’éviter qu’ils ne se reproduisent.

 

BNA participe au renforcement de l'intégrité du secteur public

 

Depuis 2011, le Bureau National d’Audit de la Hongrie évalue chaque année le niveau d'intégrité du secteur public. En conséquence, le BNA possède une vaste expérience et un certain nombre de données analytiques dans ce domaine. Le Ministère des Affaires Étrangères et du Commerce a donc demandé au président du BNA, László Domokos, de soutenir la mise en œuvre réussie de la formation.

 

Au nom du président du BNA, Erzsébet Németh auditor directeur et chef de l’enquête sur l’intégrité a participé à la formation en tant que que conférencierdu BNA. Lors de la table ronde, le directeur a souligné que la corruption, entre autres, pourrait également être un moyen pour les personnes d’accuser des pays entiers, en visant leur intégrité, leur statu quo, leur position internationale et leur stabilité économique. C’est une tâche importante pour nos représentants à l’étranger de connaître l’approche de l’intégrité, les contrôles d’intégrité et les efforts déployés par notre pays pour promouvoir la diffusion d’une culture administrative fondée sur l’intégrité et en rendre compte sur leur lieu d'affectation.

 

Les risques potentiels d’intégrité, ainsi que leur éventualité, augmentent considérablement la vulnérabilité du personnel du service extérieur. Il est important qu’un incident avant l’événement ou des incidents menaçant déjà l’intégrité soient résolus immédiatement et correctement, car l’impact exponentiel d’incidents futurs dans les zones les plus vulnérables est susceptible de se produire, a déclaré le directeur du BNA.

 

Le Programme National Anti-Corruption

 

Le 27 mai 2015 par le décret 1336/2015. le gouvernement a adopté le Programme National Anti-corruption et les mesures connexes pour 2015-2018. Le programme s'est fixé comme objectif premier de réduire le phénomène social de la corruption, mais comprend également des objectifs tels que le renforcement de la confiance du public dans le fonctionnement des organisations publiques ou l'amélioration de l'opinion internationale sur le pays.

 

Le décret gouvernemental stipule, conformément aux objectifs, que les organes de l’administration publique devraient être en mesure de faire face aux risques de corruption sur lesquels, sur la base des expériences du Bureau Nationl d’Audit de la Hongrie, les contrôles d’intégrité devraient être renforcés. La décision prévoit également la possibilité de rejoindre les institutions du secteur public dans l'enquête d'intégrité du BNA et l'extension de l'enquête aux majorité d’entreprises publiques.

 

Dans le cadre de la décision du gouvernement, le Bureau National d’Audit de la Hongrie continuera de s’attacher à soutenir la mise en œuvre du Programme National Anticorruption, à diffuser la culture de l’intégrité et à contribuer activement à toute initiative dans ce domaine.

 

Erzsébet Németh PhD supervisory manager

Szabolcs Gergely auditor

Bureau National d'Audit de la Hongrie